Coups de coeur, Cuba

Que faire à Cuba ? Nos 6 incontournables !

Cuba, ça vous évoque quoi ? Fidel Castro, Che Guevara, les cigares, le rhum, les mojitos, les plages de cartes postales, l’ambiance coloniale, les vielles américaines des années 50, la salsa, une population accueillante et souriante ? Et bien, vous avez raison, Cuba, c’est tout ça… et bien plus encore. Voici nos 6 immanquables, les 6 activités qui nous ont totalement séduites durant nos 3 semaines entre Viñales et Trinidad…

1.​ Déambuler dans les rues toutes en couleurs de Habana Vieja (et du Vedado)

La Havane ne peut laisser personne indifférent. Ses rues et ruelles décorées de façades aux tons pastels, lézardées et rongées par les embruns, ont emporté notre imaginaire dès le premier coup d’œil ! Dans Habana Vieja, classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, on passe, en un coin de rue, d’un quartier populaire et démuni aux places touristiques réaménagées, des immeubles en ruines où s’entassent des familles entières aux bâtiments coloniaux restaurés et colorés… C’est par moment confrontant mais c’est comme ça qu’on découvre le vrai visage de La Havane : complexe et paradoxal. Le quartier du Vedado vaut également largement le coup d’œil, plus authentique à nos yeux que les alentours de la fameuse Calle Obispo qui traverse le cœur touristique de la vieille Havane (et qui peut avoir des airs de Disneyland par moment). Les bâtisses, même en ruines, sont d’une beauté remarquable. On s’imagine les splendeurs passées de l’île, eldorado américain des années 50. Ce retour en arrière est sensationnel et laisse pantois. Un dernier conseil : s’imprégner pleinement de l’âme de la ville en osant jeter un oeil derrière les façades…

2.​ Découvrir les mogotes à dos de cheval à Vinales

Vous avez déjà visité le nord du Vietnam ? Alors ces paysages de l’ouest cubain vous donneront à coup sûr un goût de déjà vu. Les mogotes, des collines de roches calcaires, qui émergent du sol ont quelque chose de la baie d’Halong terrestre. Au-delà de la ressemblance, nous y retrouvons ce même sentiment de sérénité. Bien que très touristique, la balade à cheval de 4 heures entre mogotes, plantations de tabac, de café ou de manioc vaut vraiment la peine (et ce, malgré l’empreinte douloureuse laissée sur les fesses de Fab pendant quelques jours). Évidemment, la balade inclus la visite d’une fabrique (biologique) de tabac… ça aurait été bête de passer à côté. En plus des explications, nous avons même droit à tirer quelques bouffées sur un cigare fraîchement préparé. Mythique ! Tiens, saviez-vous qu’on peut enduire le bout de son cigare de miel et s’en servir comme filtre naturel au goût sucré ?

PS : Ne faites pas les idiots comme nous et, si vous aimez les cigares, achetez-en quelques-uns au fermier…

3.​ S’enivrer de salsa à la Casa della Musica à Trinidad

Imaginez… Nous sommes à Trinidad, au coeur de cette ville figée dans le temps. Nous marchons en direction de la Plaza Mayor. Plus nous approchons, plus le son des trompettes, des contrebasses et des maracas se fait présent… Nous rejoignons une foule compacte qui se réunit sur la place dès la tombée de la nuit. La musique est vive et l’ambiance déjà chaude. Après quelques minutes en bas des marches à siroter « le meilleur mojito de Cuba », nous nous décidons d’aller nous trémousser nous aussi. Pour 1 CUC/personne, nous rallions donc la fête qui se déploie sur les marches de la Casa della Musica, nous laissant entraîner par les sonorités 100% cubaines. Touristes et locaux de tous âges se mélangent sur une piste de danse bondée. Un vieux Cubain au sourire édenté invite les jeunes touristes à exécuter quelques pas endiablés, un couple d’occidentaux regarde attentivement une grand-mère leur montrer comment déhancher leur corps, d’autres sans doute plus timides se contentent d’admirer le spectacle. Un moment à vivre dans une ambiance bon enfant garantie.

Cuba - Trinidad - Casa della Musica

La Casa della Musica avant l’arrivée des fêtards

4.​ Descendre le Malecon à bord d’une vieille voiture américaine des années 50

Ce serait un gâchis de visiter la capitale cubaine sans faire un bout de chemin à bord de ces voitures mythiques, inscrites aujourd’hui au patrimoine national de Cuba. Il n’y a pas un coin de rue où l’on ne croise un local la tête dans le capot en train de chouchouter sa belle. Pour monter à bord, deux possibilités s’offrent à nous. Le mode « touriste » : pour 40 CUC, nous sillonnons durant une heure La Havane et quelques sites touristiques pour enfin redescendre le mythique Malecon. Le mode « backpacker » : pour rejoindre la prochaine étape du voyage. Nous avons goûté aux 2 et ils valent la dépense tant l’un que l’autre. Attention toutefois, dans le second cas, à la distance qui sépare les deux villes, car même si ces antiquités sont plutôt confortables avec leurs sièges moelleux et rebondissants, les pannes peuvent être fréquentes. Pour nous, rien de très pénible… Certes, le capot s’ouvrait intempestivement sur l’autoroute mais il suffisait de s’arrêter quelques secondes, sans gêner la (très) faible circulation, pour le refermer et continuer notre route.

5.​ Dévorer une langouste dans une casa particular

Notre meilleure langouste du séjour, c’est dans notre casa particular de Viñales que nous l’avons dégustée. C’était notre première expérience en casa à Cuba (nous avions réservé un Airbnb pour notre escale d’arrivée à La Havane) et nous n’avons pas été déçus. Accueil chaleureux, partage de l’intimité des locaux et… cuisine aussi gourmande que savoureuse. Cette gigantesque langouste et sa petite sauce tomatée à souhait resteront dans nos meilleurs souvenirs culinaires du séjour. Ajoutez à cela les mojitos, accompagnements de légumes, de bananes frites, de manioc à n’en plus finir puis un dessert local et vous comprendrez que nous nous sommes couchés heureux, reconnaissants, repus, la peau du ventre bien tendue… Le tout servi avec le sourire des proprios Yusniel et Lida et à un prix particulièrement démocratique.

6.​ Lézarder sur les plages d’un « cayo » et s’émerveiller de ses fonds marins

De l’eau translucide et turquoise, des plages blanches à perte de vue, des cocotiers penchés sur le sable fin, un soleil généreux. Tels sont les « cayos », ou îles, petits morceaux de paradis au large de Cuba : un vrai paysage de carte postale… non truqué. Le spectacle se poursuit jusque sous l’eau où des myriades de poissons de toutes tailles et de toutes couleurs, des coraux aux formes les plus étranges nous ont laissé des images à faire des rêves durant plusieurs jours.